Neurobiologie de la prise de décision

Institution

CNRS
Université Paris Sud 11
ED419
Université Paris Sud 11

Laboratory

Département Cognition-Comportement
Phone: 01 69 15 74 79
UMR9197
Idex NeuroSaclay

Mots clefs

motivations
impulsivité
 

publications

 Computerized video analysis of social interactions in mice. de Chaumont F, Coura RD, Serreau P, Cressant A, Chabout J, Granon S, Olivo-Marin JC. Nat Methods. 2012 Mar 4;9(4):410-7.

Prefrontal neuromodulation by nicotinic receptors for cognitive processes. Dos Santos Coura R, Granon S. Psychopharmacology (Berl). 2012 Jan 18.

Adult male mice emit context-specific ultrasonic vocalizations that are modulated by prior isolation or group rearing environment. Chabout J, Serreau P, Ey E, Bellier L, Aubin T, Bourgeron T, Granon S. PLoS One. 2012;7(1):e29401. Epub 2012 Jan 6.

Granon S. & Changeux J.-P. (2011) Deciding between conflicting motivations: what mice make of their prefrontal cortex. Behav. Br. Res, Nov 18.

Besson M., David V., Cazala P., Guilloux JP, Reperant C., Cloez-Tayarani I., Changeux JP., Gardier AM., Granon S. (2011) Alpha7-nicotinic receptors modulate nicotine-induced reinforcement and extracellular dopamine outflow in the mesolimbic system in mice. Psychopharmacology, Sep 8.

Fields of research

Cognitive neurosciences / neuropsychology /neuroeconomy

Research Theme

L'exécution de comportements cohérents dans le temps et l'espace demande que le sujet produise des actions successives, planifiées, dont il va évaluer les coûts, risques et bénéfices. Outre l'impact des motivations qui guident le comportement, ces actions intègrent à la fois les paramètres de l'environnement, l'histoire du sujet (activant ou réactivant des processus de mémoire) et ses émotions.
Dans la vie quotidienne, faire des choix requiert fréquemment la mise en concurrence de motivations différentes. Une prise de décision sera efficace si le sujet intègre correctement et rapidement la valeur des différents renforcements (bénéfices) qu'il anticipe d'obtenir. De plus, son aptitude à se désengager de comportements routiniers non pertinents (le contrôle de l'impulsivité et de la compulsivité) et sa capacité à alterner d'une motivation à l'autre de façon équilibrée sont d'autres éléments fondamentaux. Différents composants, ou briques élémentaires, participent à l'élaboration de décisions au cours de l'exécution de comportements organisés. Dans un contexte comportant des incertitudes, les processus de décision doivent donc permettre des comportements flexibles et adaptés en fonction de changements de l'environnement ou de l'état motivationnel ou émotionnel du sujet. Ces comportements hautement intégratifs et adaptatifs sont déficients dans toutes les pathologies psychiatriques, bien que toutes ne reposent pas sur les mêmes systèmes neurobiologiques, neurochimiques ou génétiques. En effet, les briques élémentaires des comportements flexibles peuvent être affectées indépendamment au cours des pathologies mentales, l'effet final étant des comportements moins adaptés à l'environnement et, par conséquent, des objectifs médiocrement ou non atteints.
Dans ce contexte, l'équipe a pour objectif d'identifier les bases neurales qui permettent de montrer des comportements flexibles et adaptés dans un contexte incertain. Nous modélisons ces comportements chez la souris. Ce modèle animal de choix permet d'une part de contrôler et moduler les facteurs environnementaux, les états motivationnels et émotionnels du sujet. D'autre part, il autorise des dissections comportementales fines ainsi qu'une analyse à l'échelle moléculaire et génétique, du fait des très nombreux modèles de souris disponibles dont les récepteurs ou enzymes sont génétiquement altérés. Par ailleurs, nos résultats expérimentaux obtenus chez ce modèle ont montré que nous pouvions dissocier expérimentalement les briques élémentaires des comportements flexibles et, ainsi, étudier l'impact de différents modulateurs spécifiquement sur certains de ces éléments.