Génétique et physiologie de l'audition

Leader

Research center

25 rue du Docteur Roux
75015 Paris
Christian Bréchot

Institution

Inserm
Collège de France
Université Pierre et Marie Curie

Laboratory

Phone: 01 45 68 88 90
UMRS 1120
Labex Lifesenses

Mots clefs

human genetics
electrophysiology
Biophysics
Biochemistry
Hearing molecular physiology
Sensorineural deafness
Retinal defects (Usher syndrome)
Cell biology
Available to host a PhD student

publications

Avan P, Büki B, Petit C (2013) Auditory distortions: origins and functions. Physiol Rev 93, 1563?1619.

Bonnet C, ? Petit C, Marlin S (2013) Biallelic nonsense mutations in the otogelin-like gene (OTOGL) in a child affected by mild to moderate hearing impairment. Gene 527, 537-40.

Boulay A-C, ? Petit C, Avan P, Cohen-Salmon M (2013) Hearing is normal without connexin30. J Neurosci 33, 430-34.

El-Amraoui A, Petit C (2013) Cadherin defects in inherited human diseases. Progr Mol Biol Transl Sci, Conn PM (ed.), Elsevier 116, 361-84.

Greenspan R, Petit C (2013) Neurogenetics. Curr Opin Neurobiol. 23, 1-2.

Lepelletier L, ? Petit C (2013) Auditory hair cell centrioles undergo confined brownian motion throughout the developmental migration of the kinocilium. Biophys J 105, 48-58.

Fields of research

Neurogenetics / neurodevelopment

Research Theme

Nos projets de recherche ont deux buts liés étroitement :

- déchiffrer les mécanismes cellulaires et moléculaires qui sous tendent le développement du système auditif et la façon dont il traite les signaux acoustiques
- identifier les gènes responsables de la surdité chez l’homme, formes précoces et tardives aussi bien que formes incluant des défauts rétiniens, et élucider la pathogénèse correspondante dans une perspective thérapeutique.
Parmi les progrès réalisés en 2008, nous pouvons citer :
- la première démonstration in vivo du rôle essentiel du kinocil dans l’établissement de la polarité planaire de la touffe ciliaire des cellules sensorielles de la cochlée, grâce à l’analyse de souris mutantes (collaboration avec Ping Chen, Emory University, Atlanta, USA). La touffe ciliaire, qui représente la structure mécano-réceptrice située à l’apex des cellules sensorielles de la cochlée, est composée de microvillosités remplies d’actine, les stéréocils, et d’un cil authentique, le kinocil, qui disparaît à l’âge adulte ;
- l’élucidation de la composition moléculaire du cytosquelette sous-cortical des cellules ciliées externes, l’une des deux catégories de cellules sensorielles cochléaires. Cette structure est impliquée dans la propriété d’électro-mobilité de ces cellules, qui sous tend leur rôle dans l’amplification cochléaire ;
- la découverte que l’exocytose synaptique dans les cellules ciliées externes, bien que présente de manière transitoire, requiert, comme dans le cas des cellules ciliées internes (qui sont les véritables cellules sensorielles auditives), l’activité de l’otoferline, une protéine transmembranaire contenant des domaines de type C2 ;
- la découverte que la surdité associée à une immunodéficience profonde qui résulte du défaut d’adénylate kinase-2 s’explique par la présence de cet enzyme dans la paroi des vaisseaux de la strie vasculaire de la cochlée (collaboration avec Marina Cavazzana-Calvo et Alain Fischer, Necker, Paris).